Selon la commission électorale, la SPS a violé ses statuts et le texte de la loi «Des partis politiques».